Rechercher

Quand "pas d'éthique" rime avec"pathétique"...

Dernière mise à jour : 20 mars 2021

Selon cette sentence entendue dans un séminaire de leadership, le manque d'éthique provoquerait une altération du lien social et professionnel.

L'éthique, c'est-à-dire ?

Nous parlons ici de l'ensemble des fondamentaux incontournables de savoir-être et savoir-agir au service de la qualité de la relation interpersonnelle en entreprise ou ailleurs.

Notre contexte actuel serait-il un tremplin favorable pour oser ? Et, dans ce contexte économique et sanitaire délicat, ne serait-il pas pertinent "d'oser" parler du pardon.

Pardon. Vous avez dit... pardon ?

Ce "par-delà le don" nous invite à opérer, en nous, un mouvement non naturel de dépassement de soi pour un engagement confiant vers une issue favorable, tout en vulnérabilité assumée.

Un vrai challenge !!

Euh, pardon mais le lien avec le leadership, au juste, quel est-il ? N'est-ce pas le propre du leadership (authentique et vertueux) que d'avancer dans un dépassement responsable pour faire grandir et ancrer sa "posture d'être" au service du collectif humain en vue d'un objectif commun ? De ce fait même, n'est-il pas opportun de faire sortir le pardon des "chapelles" où il demeure ? N'est-il pas utile d'élargir cette démarche intérieure en l'universalisant pour la pousser vers l'extérieur, vers l'agir ? N'est-il pas stratégique de déployer cette dynamique vitalisante dans tous les lieux concernés par les relations humaines ?

Observons, le résultat de l'équation !

Si le leadership, vertueux et responsable, est un dépassement. Et, si le pardon est un dépassement. Dépassons alors les frontières habituelles pour faire voyager le pardon en entreprise.

Le pardon ne serait-il pas alors "l'incarn'action" d'une posture d'être ?


Après tout...

"Ne sommes-nous point nés pour donner la vie et non retenir le mal ?" Citation d'une pièce de théâtre !!! Oui, mais qu'est-ce que le pardon reçu et donné ?


Le pardon exercé justement confère de multiples avantages et développe, de façon concomitante, des capacités relationnelles réelles et solides dans la durée.


En l'occurrence, il offre une prise de recul développant la vision haute. De plus, il nous met en capacité de respecter l'autre et soi-même et cela devient une habitude de "vigi- bienveillance". D'autre part, cette posture de décentrement de soi va aussi se traduire au niveau du service à la collectivité.

Nous voyons, par ailleurs, que la reconnaissance d'un acte qui n'a pas été ajusté autorise la correction, l'amélioration et donc la croissance de chacun. Il s'agit bien d'une posture de maturité et de responsabilité qui assume, répare, restaure et fait grandir la responsabilisation et l'autonomie de la personne.


Enfin, c'est une position qui promet un "avenir" possible tout en déverrouillant une situation bloquée qui était certainement vouée à la dégradation. Il s'agit ainsi de sortir par le "haut" au coeur d'une démarche de résolution de problèmes complexes.


De facto, les vertus déployées par la démarche de pardon résonnent avec les principales qualités d'un leadership, qui se voudrait éthique et solidaire, à savoir :

- l'authenticité pour sa posture d'être

- le courage pour tenir dans l'épreuve

- la clarification de la pensée pour la cohérence

- la congruence des actes pour la netteté de l'agir

- l'esprit de service pour le bien de la collectivité

- l'ajustement pour le discernement et la précision

- l'exercice de la justice pour permettre la paix


Un déroulement logique et vertueux!

Les conséquences de cet exercice du pardon sont donc naturelles et mécaniques. Il devient ainsi un puissant levier de confiance et d'estime ... pour soi et pour l'autre ; synonyme de revitalisation du lien et de restauration de la relation.


Cette expérience accroît alors notre agilité dans l'adaptation et offre un espace de "redressement" par le soulagement procuré et l'exemplarité éprouvée.


Nous passons aussi vers le rivage d'une acceptation de la vulnérabilité et de l'erreur comme un tremplin pertinent vers la croissance de l'être. Ce vécu de nos limites et de notre imperfection procure un réancrage dans une dynamique vertueuse et un élan nouveau qui réamorce la "fontaine" de la confiance réciproque.


Sortie des croyances et des injonctions !

D'ailleurs, il est salutaire, pour tout un chacun, de sortir du mythe inatteignable de l'infaillibilité et de l'illusion de la toute puissance.

Enfin, il est bon de pouvoir ainsi sortir de la culpabilité esseulée trop exagérée et de la dette. Tout comme il est bon de sortir d'une arrogance rigide qui ne saurait pas pardonner pour cause de chantage, d'exigence ou de perfectionnisme idéalisé du moi.


Le pardon permet, comme nous l'avons observé, la valorisation du lien au plus haut degré de performance et de croissance possible maintenue par la puissance de la confiance mutuelle.


Ainsi, avec REVELACIO, nous développons un leadership fondé sur la structuration de l'être-serviteur qui ne se contente pas "d'incantation" de belles valeurs mais qui osent "l'incarnation" de ces valeurs dans le réel pour une vraie congruence !


Vous désirez en savoir plus ? Rencontrons-nous !


www.revelacio.co

Nos publications